Le 28 février 2013.

Monsieur Pierre Antoine GAILLY

  Président de la CCI PARIS ILE-DE-FRANCE

   27, avenue Friedland

  75382 Paris Cedex 08



Lettre recommandée avec AR

 

Objet : Mutuelle des retraités

 


 


Monsieur le Président,

 

Par courrier en date du 15 janvier 2013, vous nous informez clairement de la décision de la CCI PARIS ILE-DE-FRANCE de ne plus prendre en charge une part des cotisations de mutuelle versée pour les retraités de la CCIP à compter du 1erjanvier 2014, vous conformant ainsi aux préconisations de la CCI FRANCE.


Cette décision remet en cause tous les accords antérieurs passés avec l'ensemble du Personnel de la CCIP concernant la prise en compte à hauteur de 40,40 € par mois des cotisations des personnels retraités affiliés à la mutuelle de la CCIP. Il en va de même, semble-t-il, pour les retraités de la CCI de Versailles qui bénéficiaient eux aussi d'un abondement.
Nous nous élevons vivement contre cette décision particulièrement pénalisante. Ainsi, pour une petite pension de retraite de 800 € par mois, cela représenterait une baisse de revenus de 5 %, sans qu’il soit tenu compte de la désindexation très probable à venir des pensions de retraite CNAV, AGIRC, ARRCO et de l'absence d'augmentation de la part de la pension de retraite versée par la CCIP depuis trois ans. 
Pour justifier cette décision, vous vous appuyez sur l'article 52 du statut des CCI de 1997 qui, après lecture, ne fait pas apparaître le dispositif auquel vous vous référez. Malgré cela, vous maintenez l'interprétation comme allant de soi que les retraités ne font pas partie du personnel des CCI.
Dans le cas particulier de la CCI de Paris, il convient de rappeler qu'aucune distinction n'a été jamais opérée entre actifs et retraités en ce qui concerne le financement de la complémentaire santé, laquelle constituait un avantage spécifique au même titre que le régime spécial d'assurance maladie. Enfin, il ne faut pas oublier que les actuels retraités de la CCIP ont dû, pour bénéficier de ce titre, justifier d’au moins vingt années d’appartenance à cet organisme.

 

 

 

Nous vous renouvelons donc notre demande de procéder à un examen attentif de cette situation préjudiciable aux personnels retraités des anciennes CCI de Paris et de Versailles, afin qu’ils soient inclus sans restriction,au même titre et dans les mêmes conditions financières que les actifs,dans le périmètre des bénéficiaires de la future mutuelle des CCI, et qu'ils bénéficient ainsi d'un contrat de groupe.Nous attendons de vous de défendre auprès de la CCI FRANCE les intérêts des personnels aujourd'hui retraités mais qui, hier, ont participé avec dévouement et efficacité au développement des CCI de la région Ile de France et à leur renommée.

 

Dans l’attente de votre réponse, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de notre considération distinguée.

 

 

Pierre PRUNIER

Président

 

Copie pour information :

 

M. André MARCON, Président de CCI FRANCE.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :